Ankh Af Na Khonsu – Babalon, les Femmes Ecarlates et la Déesse Blanche

Article d’origine par Ankh Af Na Khonsu
Traduction et adaptation personnelles.

– A chacune de mes rencontres avec toi, la prêtresse dira – et ses yeux brûleront de désir pendant qu’elle se tiendra nue et réjouie dans mon temple secret – Pour moi ! Pour moi ! Faisant naître la flamme dans tous les cœurs par son chant d’amour. – Le Livre de la Loi, Chapitre 1

Tout au long de ces années passées à étudier et et méditer sur le Livre de la Loi, ce passage du premier chapitre m’a toujours fait penser à la pratique néo-païenne de la sorcellerie. Bien que je ne l’ai pas publié  avant 2009, les recherches de base concernant mon essai « les racines rosicruciennes du culte sorcier » avait débuté depuis plusieurs années alors, et j’avais déjà passé près d’une décennie à étudier les connexions entre Thelema et la Wicca.

Au-delà de la connexion évidente entre Aleister Crowley et Gerald Gardner, je cherchais quelque chose de plus profond, un symbolisme commun reliant ces deux voies spirituelles du nouvel âge, qui avaient des origines communes mais s’étaient développées de manières presque diamétralement opposées. Alors que la néo-sorcellerie porte l’appui sur la relation à la terre, encourage les rassemblements de groupes pour célébrer les cycles de la vie, et est essentiellement un culte de forme féminine, Thelema ne réalise aucun travail avec la terre, s’orientant vers les étoiles, n’encourageant pas particulièrement les activités de groupes de quelque sorte, et est centré sur l’individu, quelque soit son genre. Et pourtant, l’extrait ci-dessus indique fortement qu’Aiwass a prophétisé la naissance d’une nouvelle religion, dirigée par des prêtresses, basée sur l’amour de la Déesse, et indique que cela sera la forme de culte externe de l’éon d’Horus, tandis que la pratique interne sera la voie de la magick thélémite, la formule délivrée dans le chapitre deux.

1. Voici le secret du Saint Graal, à savoir le vase sacré de notre Dame la Prostituée, Babalon la Mère des Abominations, la fiancée de Chaos chevauchant notre Seigneur la Bête.

2. Tu transvaseras ton sang qui est ta vie dans la coupe en or de sa fornication.

3. Tu mêleras ta vie à la vie universelle. Tu n’en conserveras pas une seule goutte.– Liber Cheth, Aleister Crowley

Le principe féminin dans Thelema commence par la  Déesse archétypale Nu, bien qu’Elle n’ait pas de forme démontrable ou même une existence positive réelle, puisqu’Elle représente le principe négatif qui préexistait avant la première émanation positive qui En est issue. Elle est l’Ain Soph Aur de la Sainte Kabbale, la Lumière qui infuse le vide infini, et qui pourtant n’illumine pas avant qu’elle ait traversé l’Abysse. Même en dehors de cela, Elle existe seulement en tant que forme quasi-matérielle de Reine des Cieux, alors désignée comme la Déesse Nuit ; mais même sous cette forme, Elle reste le vide et représente l’espace entre les étoiles, qui sont décrites comme recouvrant Son corps tel qu’il est manifesté. En tant que telle, Nuit n’est pas vraiment une Déesse, mais la Mère du Dieu Enfant Horus, et en cela, une forme d’Horus tel qu’il était avant d’exister.

La première véritable division en genres des forces spirituelles de Thelema a lieu en-dessous de l’Abysse, sur le dix-neuvième sentier du Sepher Yetzirah, également appelé le sentier de Teth. Ici, le principe féminin prend la forme de Babalon, un arcane secret de la magick qui a été exploré pour la première fois par Crowley dans « la Vision et la Voix ». Crowley développa le symbolisme de Babalon afin de l’intégrer dans son propre style de magick, spécialement la magick sexuelle qu’il pratiquait au sein de l’OTO, mais avant de faire cela il avait déjà réussi à faire le lien entre Babalon et la Femme Écarlate du Livre de la Loi.  La Femme Ecarlate représente la forme la plus matérielle du principe féminin dans le Livre de la Loi ; c’est elle qui  est la Prêtresse citée dans le passage du premier chapitre, et cette progression de l’archétype vers la féminité manifeste est l’essence spirituelle de ce qu’elle vénère dans son temple par l’usage de son chant d’amour.

49. Tes larmes, ta sueur, ton sang, ta semence, ton amour, ta foi tu fourniras. Ah, Je te viderai dans la coupe qui est pour Moi, Babalon.. – Jack Parson, Liber 49

Lors d’une récente conversation avec d’autres Thélémites, l’un d’entre eux posa tout haut la question de savoir si les travaux datant de 1946 de Jack Parsons et L. Ron Hubbard, liés à Babalon, avaient pu affecter de quelque manière la naissance du mouvement wiccan en Grande-Bretagne, qui eut lieu presque en même temps. Parsons était un acolyte de Crowley, qu’on dit avoir été un des conseillers de Gerald Gardner en matière de magick et d’organisation, alors qu’il établissait son premier groupe sorcier. Le fait que Parsons était intéressé par la sorcellerie, contrairement à la plupart de ses contemporains occultistes, pouvait bien être le lien que je cherchais.

Tout cela eu pour effet de rappeler à ma mémoire que j’avais réalisé une cérémonie similaire à celle performée par Parsons, et je consultais mon journal magick de l’année 1997 ; j’avais bel et bien travaillé avec Babalon, mais à l’époque je n’avais pas compris la vraie signification de ce que j’avais trouvé.

… Elle me montre une vision de la progression des phases lunaires à travers les 28 jours de son cycle, et au moment où la lune devient pleine, Babalon commence à vieillir, jusqu’à devenir une vieille femme ridée qui avance vers moi, me menaçant d’abord, mais tandis que je reste à ma place, suivant toujours la progression rapide de la lune, elle est à nouveau une jeune femme emplie de pouvoir, et arrête son assaut. – Journal magick de  Ankhafnakhonsu, 2 Septembre 1997, 12:30.

J’avais utilisé le symbole de Babalon, à savoir l’étoile à sept pointes, portant le nom  באבאלענ, comme un portail vers son plan astral, et le passage cité ci-dessus était seulement un court passage de ma communication avec elle. La vision amena certains pronostics à propos de ma progression sur la voie magick, qui s’avérèrent plus tard fructueux ; et c’est tout d’abord pour ces résultats que je me rappelais cette opération particulière, jusqu’à la conversation mentionnée plus haut.

Le principe féminin qui est vénéré dans Thelema comme par les sorcières est le cycle de vie féminin, d’Artémis la Vierge, à travers les Déesses Mères fertiles, et finalement les vieilles femmes qui marquent l’approche de la lune noire et le potentiel de renaissance.Ce cycle est également reproduit dans les quatre formes féminines qui sont représentées dans la hiérarchie spirituelle féminine de Thelema, puisque Nu est purement féminine et précède l’apparition du principe masculin qu’est Hadit, qui est la première émanation de l’Ain Soph Aur. Nuit est la forme de la Déesse Mère qui donne naissance au Dieu Enfant Horus ; et puis il y a ensuite la forme mortelle de la Femme Ecarlate, qui est le véhicule pour l’énergie spirituelle de Babalon, assurant la disparition inéluctable de la force spirituelle féminine sous sa forme matérielle, tandis que sa forme archétypale reste un réservoir infini de vie nouvelle encore incréée.

La sorcellerie moderne commence tout juste à se développer en tant que pratique spirituelle ; ce qui est particulièrement vrai parmi les pratiquants éclectiques, qui forgent encore leur discipline de travail ainsi qu’un panthéon consistant d’archétypes spirituels. Sous bien des aspects, la sorcellerie suit les mêmes processus de développement que la magick hermétique moderne depuis la deuxième moitié du 19ème siècle. De nombreuses sorcières modernes obtiennent des résultats proches des magiciens hermétiques, ceux-là même qui ont développé Thelema et les pratiques magick tel qu’on peut les appréhender actuellement. Approcher la connexion entre Thelema et la sorcellerie pourra certainement en aider certains à mieux définir la plus moderne et la plus populaire des religions du nouvel âge.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s