H. Jeremiah Lewis – Une interprétation néo-orphique du mythe d’Ariane

Tiré de « Ecstatic »
Traduction et adaptation personnelles.

Ariane abandonnée, par Omentie

Comprendre Ariane, c’est comprendre un élément important de notre relation à Dionysos. Cette compréhension est aussi centrale aux mystères révélés par Orphée. Voyez-vous, les disciples d’Orphée enseignaient qu’au commencement, il y avait seulement l’œuf cosmique, l’être indifférencié, l’unité, le potentiel de Tout ce qui est ou pourrait être. Alors quelque chose commença à remuer au cœur de l’œuf : mouvement, lumière, chaleur. Ce mouvement grandit, et devint d’une telle intensité que l’oeuf éclata, et la première chose qui en émergea fut Phanês, Eros, le Dionysos primitif. Après cela le Tout se déversa, dans une vague déferlante de création. Et cela aurait continuer à couler, sans fin, une masse de chaos, un vide béant de matière, mais l’Amour unit la Terre et le Ciel, rendant l’existence matérielle stable possible.

Il y a cependant un problème avec l’existence matérielle. Elle est si dense que nous oublions souvent. Nous oublions qui nous sommes, nous oublions d’où nous venons, cette étincelle de pouvoir créatif premier qui existe en chacun de nous. Ce n’est pas tant le monde en lui-même qui est mauvais – ce sont nos conceptions du monde qui forment des obstacles. Nos perceptions erronées. Nos peurs, nos projections. Notre conditionnement social. Tous les trucs qui nous rendent conformes, et nous empêche de vivre au maximum de notre potentiel. Plus nous sommes attentifs à cette merde, plus notre pouvoir créatif primal est mis en sommeil – mais un sommeil sans rêves, une vie vide, une demi-existence. Et chez certaines personnes, ce sommeil devient la mort. La mort de leur esprit.

Mais il y a ceux qui ne s’endorment pas complètement. Une petite part d’eux-mêmes se réveille, amadouée par la douce  main d’un amant apparu dans l’obscurité, et qui murmure toutes les possibilités de l’existence vraie. Cet amant est Dionysos. Ces quelques uns sont emplis d’un tel désir pour lui que leurs chaînes et anneaux, qu’avant ils ne remarquaient même pas, deviennent insupportables ; et ils commencent à les briser pour se libérer, et rejettent cette fausse existence que tant de gens prennent pour la vraie. Ils sont éveillés et vivants. Ils se souviennent qui ils sont, d’où ils viennent, ce dont ils sont capables. Ils entretiennent la flamme qui brille en eux, et ils souhaitent encore et encore ressentir le baiser du dieu. C’est pourquoi ils commencent à le chercher dans l’obscurité, dans le labyrinthe, ils suivent sa voix riante, et lorsqu’ils s’en approchent leurs cœurs tressautent d’extase, leurs pas se transforment en pas de danse, ils brûlent et souffrent et aiment et créent.

De nombreux obstacles se dressent sur leur voie, notamment lorsqu’ils approchent de leur Seigneur. Des monstres terrifiants, des peurs terribles, des situations qui semblent hors de tout contrôle. Et certains abandonnent, et font demi-tour, et courent retrouver la sécurité de leurs chaînes. Mais ceux qui persévèrent, qui sont tellement emplis d’Amour, qui ont une conception si claire d’eux-mêmes que rien ne peut les dissuader, trouvent leur chemin au sein du labyrinthe, et ressortent à l’air libre, dans la réalité, dans la vraie réalité au-delà de l’illusion, où l’herbe est verte, où poussent des fleurs aux mille teintes, et où le ciel est du bleu le plus pur ; et là, attendant sur la plage, est leur aimé, Dionysos, couronné de lierre, et dans leur union est rejouée l’union de l’existence première, qui transforme l’esprit en une étoile des cieux, brillant belle et fière dans un état d’illumination constant, un rappel éternel pour tout ceux qui sont encore perdus dans le labyrinthe de l’abysse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s