L’Ortie

Depuis que je bois des infusions à la place du thé ou du café le matin [article publié initialement le 25 mai 2014], l’ortie est entrée dans mon top 10 des simples. Tonifiante, riche en minéraux, au goût assez doux avec cette petite touche d’amertume que j’adore, elle a le chic pour remettre les idées en place dès l’aurore. J’adore également la consommer en soupe, saupoudrée dans des salades ou ajoutée à l’appareil des quiches… Yummy *__* Mais là n’est pas la question aujourd’hui puisqu’il n’y a pas [encore] de rubrique « pétage du bide » sur ce blog [j’avoue, j’y songe].

La consommation régulière d’une plante induit nécessairement une connexion plus ou moins consciente à ses énergies subtiles, à son esprit, et, personnellement, c’est donc par le vecteur tout bête de la tisane que j’approfondis le plus souvent l’utilisation d’une simple en magie/sorcellerie. Ça n’a pas manqué d’être le cas pour l’ortie. J’ai noté d’abord un renforcement de la volonté, de la clarté d’esprit, un peu comme le romarin [que j’aborderai sans doute un jour], mais avec quelque chose de plus « feu » [j’associe plutôt le romarin à l’air personnellement], qui agit sur le plexus solaire et la racine. C’est une plante de courage, de confiance, avec son petit caractère j’oserais dire, qui mets des [gentils] coups de pieds au cul pour nous pousser vers l’action. Elle enseigne aussi la capacité à dire « stop » ou « non », notamment lorsqu’on se laisse envahir par des idées moroses ou les influences négatives d’une personne. Plante de fermeté et de décision donc. Plus d’une fois, elle m’a sortie de la procrastination et m’a aidé à trancher dans des situations troubles, ou à venir à bout de choses qui traînaient en longueur. Elle revigore et restaure l’optimisme, rendant plus apte à affronter l’adversité. On la recommande en protection, mais bien plus encore qu’un bouclier, je la vois comme le tambour qui nous encourage à entrer dans la bataille, ou le forgeron qui bichonne notre armure. Vous voyez où je veux en venir ?

Parlons de ce que j’ai pu trouver à son sujet.

Chez Tonton Scott, l’ortie est mâle dans son action et associée à la planète Mars et à l’élément Feu. Ses pouvoirs : consécration, exorcisme, guérison, désir sexuel, protection. Pour contrer un sort et le renvoyer à son « expéditeur », utilisez une poupée remplie d’ortie ou portez la plante sur vous dans un sachet. Pour purifier un espace de tout mal et le renvoyer là d’où il vient, saupoudrez de l’ortie aux quatre coins de la maison, ou aspergez-en votre intérieur (après l’avoir infusée, en utilisant quelques branches de bouleau par exemple). On peut la brûler pour avertir le danger, ou la porter en amulette. Placer des orties fraîchement coupées dans la chambre d’un malade permettra d’accélérer la convalescence. Au Mexique, on la recommanderait en bain pour se purifier. Enfin, ce serait une plante liée au désir sexuel et qu’on pourrait donc utiliser pour stimuler ce dernier.

Vincent Lauvergne, quant à lui, explique que l’ortie apporte la vaillance pour supporter les épreuves. Il recommande de porter sur soi la plante réduite en poudre dans un sachet de toile rouge pour se préserver d’un environnement énergique malsain, et enfin, mentionne Albert le Grand, pour lequel un bouquet d’ortie et d’achillée millefeuille permettrait de ne pas être effrayé par les fantômes. Ailleurs, j’ai trouvé mention de ce bouquet comme un remède à la peur en général.

Christian Rätsch dans « Witchcraft medicine » mentionne Konrad von Megenberg, un auteur allemand du Moyen-Âge, qui écrit que l’ortie éveille le désir. Il semblerait qu’elle ait été utilisée comme aphrodisiaque depuis l’Antiquité [je me souviens d’avoir lu quelque part l’histoire d’un petit vieux qui faisait des roulades dans les orties en guise de Viagra, mais impossible de retrouver la source] .

Sur Herbal Riot, l’auteure du blog suggère d’utiliser un balai fait avec de l’ortie pour chasser le mal et le renvoyer là d’où il vient. Placer des feuilles d’ortie séchée dans ses poches protégerait de la foudre, et dans ses chaussures nous retiendrait d’aller fréquenter des lieux dangereux. On y lit aussi que dans le passé, on pensait les orties dotées d’un tel pouvoir de guérison, qu’une fièvre pouvait être stoppée simplement en cueillant une ortie par les racines, et en récitant le nom du malade et ceux de ses parents. A tester 🙂

Enfin, Paul Beyerl mentionne l’ortie parmi d’autres plantes utiles à la consécration d’un athamé.

Pas mal d’infos et de pistes à explorer donc, mais pour en revenir à ma pratique personnelle, voilà comment je résumerais l’ensemble :

  • L’ortie est active dans le domaine de la guérison, physique mais aussi psychique : en infusion à boire ou à asperger, en amulette, en bouquet fraîchement cueilli, en poudre dispersée ou ajoutée dans un encens ; j’ai pu aussi expérimenter récemment, sur le conseil d’une formatrice en phytothérapie, que l’ortie encore en terre avait le pouvoir de recharger en cas de coup de mou. Faites-en vous même l’expérience : placez-vous près d’un parterre d’orties, tendez vos mains à quelques centimètres des plantes… Et ressentez, tout simplement 🙂 Il est également possible de lui demander de vous aiguiller en matière de guérison, ce que j’ai moi-même fait avec succès ; méditez en sa compagnie, voyagez pour aller la consulter, ou demandez-lui de vous répondre en rêve (vous pourrez alors vous confectionner un oreiller contenant de la plante séchée).
  • C’est aussi une grande protectrice et purificatrice qui, à elle toute seule, chasse les énergies négatives ; mais surtout, je trouve qu’elle renforce le courage et la force intérieure, permettant alors à celui qui travaille avec elle de déterminer ce qui est négatif pour lui-même, de s’en éloigner – ou de le chasser. A titre personnelle, elle a été une excellente guide pour m’apprendre à poser certaines limites et à m’affirmer pour ne plus me sentir plombée par certaines attitudes. Même si j’ai rechigné de prime abord sur certains points (pas facile de bousculer son confort, même s’il est plus vicieux qu’autre chose), force est de constater que Dame Ortie sait ce qui est bon pour moi – et ce qui l’est moins. Là encore, on peut l’utiliser en encens, infusion, poudre… Pour purifier certains outils, ou soi-même. J’ai utilisé des feuilles séchées réduites en poudre sur un de mes tarots que je sentais encrassé, et le résultat fût plutôt convaincant ; l’infusion semble bien réussir à mon athamé et au nettoyage de mon autel. Quelques feuilles dans un bol purifie un espace tout en le redynamisant … Et ce qui est épatant, c’est la sensation de vigueur intense qu’elle offre sans retenue, y compris aux lieux ou aux objets. Combinée à certaines pierres ou à d’autres plantes, je trouve qu’elle renforce les propriétés de ces dernières.  Essayez, vous verrez !
  • Pour gagner en courage avant une épreuve, un coup de fil à passer, une réunion stressante… Une amulette faite avec un bout de tissu, quelques pincées de plante sèche, ou même, simplement, une infusion bue avec intention peuvent grandement aider.
  • C’est une plante dont la présence et l’absorption sous quelque forme que ce soit me connecte immédiatement à mon côté sorcier, au monde sauvage, aux Esprits de la Haie qu’elle côtoie dans la nature, et facilite la communication avec ces derniers … Je conseille donc de l’utiliser avant ou pendant un voyage au tambour, un travail avec des plantes, des minéraux ou des animaux alliés, pour demander conseil en cas de recherche d’un remède, ou encore pour préparer un charme ou un sort…  Je la trouve assez « bavarde » et toujours bonne conseillère, et je constate qu’elle aime bien présenter du monde – autres plantes ou animaux, qui ne débarquent jamais par hasard.
  • Enfin, à ma grande surprise, elle m’a été demandée en offrande à quelques reprises, et a été appréciée, essentiellement par des divinités à caractère chthonien, sorcier, ou par des esprits liés étroitement à la nature.

Ressources :

Scott Cunningham – Encyclopédie des Plantes Magiques
Vincent Lauvergne – Manuel pratique de Magie Verte
Paul Beyerl – Master book of Herbalism
Christian Rätsch – Witchcraft Medecine


A lire, un superbe article pour apprendre à récolter, cuisiner l’ortie, et avec plein d’infos sur ses bienfaits : ça se passe chez Antigone XXI !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s