Octavio Paz – Olin

Tiré du recueil « Liberté sur parole », paru chez Poésie/Gallimard, édition de 1971, p.177.

Hécate, par Genevieve Amelia

[…] vie et mort
pactisent en toi, dame de la nuit,
tour de clarté, reine de l’aube,
vierge lunaire, mère de l’eau-mère,
corps du monde, maison de la mort,
je tombe sans fin depuis ma naissance,
je tombe en moi-même sans toucher mon fond,
recueille-moi dans tes yeux, rassemble la poussière
dispersée et réconcilie mes cendres,
rattache mes os séparés, souffle
sur mon être, enterre-moi dans ta terre,
que ton silence donne la paix à la pensée
contre elle-même dressée […]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s