Tradition Feri – Le rite du Kala

Une variante du rituel de Kala
Article de Valerie Walker paru en anglais sur son site

Traduction et adaptation personnelles.

Voici ma propre version du rituel du Kala, que j’utilise au quotidien. Elle peut être combinée à tout autre rituel de purification sous la douche.

Sous votre douche, une fois que votre corps et vos cheveux sont nettoyés, et avant de couper l’eau, tournez-vous et faites face à l’eau.

Vos mains sont croisées sur votre poitrine ; ouvrez-les en forme de coeur, en laisant couler le jet d’eau à travers le cœur, tout en soufflant votre intention de purification dans l’eau. Formez ensuite une forme d’œuf avec les paumes de vos mains, placez-les en coupe sous l’eau. Soufflez quatre fois dans l’œuf, et visualisez-le devenir de plus en plus noir et boueux avec chaque expiration. J’utilise alors le chant suivant [Ndt : n’hésitez pas à créer votre propre chant, selon votre inspiration !] :

Hekate, Kâli Ma, Dame des Trois Voies et des Espaces tout autour,
Que mon esprit soit purifié
Que mon mental soit purifié
Que mes émotions soient purifiées
Que mes actions soient purifiées.

Tandis que vous chantez, voyez l’eau dans vos mains être nettoyée et emplie de lumière ; l’eau fraîche qui passe à travers vos mains chasse l’eau boueuse et tout ce qui vous trouble ou vous bloque. Visualisez cette noirceur retourner à la terre ou jusqu’à l’océan. Videz vos poumons complètement, puis inspirez profondément, en les remplissant totalement. Retenez votre souffle. Tout en retenant votre respiration, ouvrez votre bouche et remplissez-la d’eau lumineuse recueillie au cœur de vos mains. Avalez cette eau et enfin, expirer.

Laissez l’eau couler en vous, sur vous, et acceptez sa bénédiction. Massez votre ventre, en prononçant des paroles positives pour vous, encouragez-vous, rassurez-vous, remerciez-vous. Soyez bon avec vous-même. Après votre douche, séchez-vous avec douceur et amour.

En allant uriner aux WC la première fois après le rite, souvenez-vous que cela fait aussi partie intégrante de Kala. Votre corps rejette toutes les impuretés. Tout acte d’excrétion est sacré, ainsi que toute absorption de nourriture, ou toute pratique sexuelle. Votre corps est sacré. »

Publicités

Tradition dianique – Bénédiction pour soi

Ceci est une traduction et adaptation personnelle d’un rituel de bénédiction associé à une onction des différentes parties du corps, à réaliser sur soi-même. Je me suis inspirée en partie d’une traduction proposée sur Les Portes du Sidh, et, pour l’essentiel, d’un texte issu de la tradition dianique

Pour l’onction, il est possible d’utiliser différentes choses, selon votre intention : eau lustrale, eau et sel, eau et vin, huile … Pour ma part, j’apprécie particulièrement l’usage d’une huile parfumée consacrée à cet effet, mais selon les envies et besoins du moment, il m’arrive de faire usage d’une eau de source chargée d’énergie lunaire, ou d’eau de rose 🙂 Bien entendu, j’invite les hommes à partager leurs propres versions de ce rite, destiné en priorité aux femmes …


Bénis-moi Mère, car je suis ton enfant.
Bénis mon esprit, qu’il soit toujours empli de Toi.
Bénis mes yeux, qu’ils soient ouverts sur toute la beauté et la magie
qui résident dans l’Univers, et en moi.
Bénis ma bouche, qu’elle chante et dise ma Vérité, fortement,
clairement, et avec conviction.
Bénis mes mains, qu’elles réalisent Ton œuvre et manifeste ma Volonté.
Bénis mon cœur, qu’il s’ouvre à tout l’Amour présent dans le monde.
Bénis ma poitrine, qu’elle berce et nourrisse toute Vie.
Bénis mon plexus solaire, la flamme dans mon ventre,
l’étincelle qui accomplit le Désir de mon cœur.
Bénis ma matrice, mon yoni, porte de la Vie,
pour le plaisir et pour la création.
Puissé-je créer comme Tu as créé,
quand tu as fait naître de Toi l’Univers tout entier.
Bénis mes jambes et mes pieds,
qui me portent fermement sur ma voie de Vérité.

Bénis-moi, et sois bénie.

Marian Green – Appeler la Lumière

Tiré de « A Witch Alone »
Traduction et adaptation personnelles.

 

Parce que le soleil et la lune influent tous deux les cycles de nos vies, nous offrant jours, nuits, mois, temps de repli et d’expansion, ces forces peuvent être invoquées dans le cadre de rituels. Ceci est un exercice à pratiquer en douceur, étape par étape, en devant familier de chaque partie ; vous découvrirez alors, à l’issue de votre exploration progressive, que vous pouvez réaliser l’ensemble mentalement, rapidement et de manière effective.

Asseyez-vous tranquillement dans un de vos lieux favoris, le mieux étant à l’extérieur, sous un grand arbre ; munissez-vous si possible d’un carnet de notes. Dans celui-ci, vous serez amené à écrire un certain nombre de courts poèmes, invocations, mots, peu importe comment vous les appelez ; ces écrits constitueront la base d’une cérémonie tout à fait personnelle de bénédiction de l’espace.

Cet exercice simple est connu sous le nom « appeler la lumière », et a pour but de construire une sphère magique autour de vous, afin de renforcer votre magie, vous apporter la paix de l’esprit, ou comme protection aux vibrations envahissantes du quotidien. Il faut le considérer comme une mesure temporaire, susceptible de protéger d’un problème assez bref, et non pas comme une armure indestructible à porter constamment.

Commencez par regarder vers l’Est. Pensez au soleil à l’aurore. Voyez les cieux déjà s’emplissant de lumière, et  au-dessus d’une bande sombre à l’horizon, un point, puis une barre de lumière brillante, donnant naissance au grand cercle solaire qui se déploie doucement dans le ciel. Voyez ceci clairement, et accueillez l’aube avec quelques mots, ou un petit poème, que vous prendrez soin de noter.

Regardez ensuite vers le Sud et visualisez des prés emplis de fleurs rouges, oranges et jaunes aux coloris chauds et lumineux, vibrantes d’énergie solaire. Voyez-les jusqu’à ce que vous puissiez sentir la chaleur, le parfum des fleurs, et entendre la danse des abeilles. Ecrivez un autre petit poème ou invocation pour le soleil à son zénith. Percevez chaque chose emplie de lumière.

Ensuite, regardez vers l’Ouest, et voyez le soleil descendre dans un ciel de fin de journée aux couleurs d’abricot et d’azur. Sentez le pouvoir plonger dans la terre ou dans l’océan. Sentez la fraîcheur s’installer doucement, éveillez la paix, la satisfaction dans votre cœur. Écrivez quelques mots d’au revoir à la lumière, et préparez-vous à accueillir le cocon de l’obscurité.

Pour terminer le cercle, regardez le Nord, et visualisez un paysage rocheux, la nuit, sous un ciel empli de millions d’étoiles scintillantes. Appelez le pouvoir de ces étoiles à vous inspirer et à éveiller votre sagesse intérieure. Sentez l’énergie de l’univers tout entier se tourner vers vous, et écrivez des mots voués à votre foyer galactique, vos père et mère cosmiques. Voyez l’obscurité et la luminosité vivant dans ce ciel.

A présent, regardez à votre droite, et dans l’obscurité de la nuit imaginée, voyez le pâle croissant de la nouvelle lune s’élever. Appelez-la Sœur, Amante ou Amie, et demandez que sa lumière illumine vos rêves et éveille vos pouvoirs mystiques. Voyez-la s’élever parmi les étoiles chantantes, et compilez quelques mots pour parler de cette expérience.


Ensuite, regardez à votre gauche, et voyez là la lune décroissante, à nouveau un pâle croissant, comme un reflet de la nouvelle lune visualisée précédemment. Devinez, dans la nuit parfaitement noire, le filament de lumière étoilée, que tracerait le chemin de la nouvelle lune rejoignant les bras de la vieille lune, puis leur cheminement silencieux en descendant vers l’Ouest. Demandez à recevoir la force intérieure lorsque les obstacles se présentent à vous, la patience, l’endurance et la persistance ; afin que, peu importe les difficultés, vous puissiez toujours sentir la lumière briller au-dessus de vous, et savoir qu’un jour nouveau, plus lumineux, est proche. Inscrivez à nouveau votre ressenti.

Prenez note de tout cela, puis regardez au-dessus de vous ; là, au zénith des cieux, se tient la face ronde de la pleine lune, haute et fixe au-dessus de vous. Elle peut vous offrir des mots d’illumination, d’inspiration enivrée, mais aussi de froide logique, même si vous ne vous y attendez pas. Ses mots peuvent sonner comme durs à vos oreilles, car ce qui est vu à la lumière de la lune n’est pas pareil que vu à la lumière du soleil. Ecrivez ces mots murmurés par la lune.

Regardez en-bas. Ici, il ne semble pas y avoir de lumière, juste l’obscurité totale de la terre profonde et fertile. Mais ici vous trouvez fondation, sécurité, le tremplin duquel vos rêves les plus sauvages peuvent être lancés, le foyer vers lequel vous pourrez revenir à la fin de toutes vos errances, à travers ce monde et bien d’autres. Voyez l’obscurité comme solide, ferme et forte, sentez son soutien. Alors, lorsque la lumière se sera entièrement absentée, percevez avec votre vue intérieure un petit point de lumière, une petite étoile cachée telle un diamant dans un manteau de velours ébène. Découvrez le secours de cet éclat intérieur, et voyez toutes les autres lumières de la terre allumées par cette minuscule flamme, jusqu’à ce qu’elles s’enflamment toutes et brillent tout autour. Écrivez des mots de bénédiction et de remerciement à la terre qui englobe tout.

Enfin, regardez à l’intérieur de votre propre cœur. Voyez-y également une flamme de lumière, la divine, l’éternelle étincelle qui fait partie de votre essence depuis que vous avez revêtu cette forme, et apprenez comment cette étincelle fait partie intégrante de la Force Créative ; à travers elle, tout votre pouvoir magique peut être sublimé. Si vous prenez conscience du fait que vous êtes connecté à la source d’énergie qui nourrit l’univers tout entier, vous verrez que vous pouvez faire tout ce que votre Vraie Volonté demande. C’est par ce mince lien que n’importe quel pouvoir que vous apprendrez à contrôler coulera dans le domaine de la terre, prendra effet, guérira, bougera des montagnes et aidera l’humanité sur sa longue route vers l’évolution.

Si ce lien est clair et bien établi, vous ne serez jamais fatiguée par votre magie, car il est impossible d’épuiser le pouvoir de l’univers ! Vous devriez toujours puiser à cette étincelle divine pour vous rafraîchir et être empli de joie et de paix à la fin de chaque type de travail. Écrivez une dernière ligne, célébrant la lumière cachée à l’intérieur de vous, afin qu’elle puisse briller comme un phare d’amour, de vérité et d’honneur parmi les êtres vivants sur la terre.

Vous pourrez constater, si vous tracez un diagramme de ce qui a été décrit au-dessus, que vous avez créé un cercle autour de vous, suivant l’horizon, puis un cercle depuis votre main droite, passant au-dessus de votre tête vers votre gauche puis descendant vers le sol ; et là où se rencontrent ces deux cercles se trouvent votre étincelle divine, en votre cœur. C’est un symbole puissant et ancien, une sphère tracée en flamme blanche, la Lumière Intérieure, le Feu de la Création, le Porteur de Lumière, la Sagesse Éclairante.  »

T. Thorn Coyle -Faire Descendre le Moi Divin

Extrait de « Kissing the limitless », de T. Thorn Coyle

Traduction et adaptation personnelles

Pan-curious Manifesto

Nous naissons avec un sens du divin. Nous naissons avec une connexion au macrocosme, au flux divin, à la force créatrice. Pour certains d’entre nous, cette connexion entre dans le champ de conscience à travers une perception de la « destinée » qui nous connecte à un but plus vaste que notre simple existence. Pour d’autres, ce sont la musique, l’art, la danse qui permettront de ressentir ce qui est plus grand qu’eux ; pour d’autres encore, ce vécu se voudra plus explicitement religieux ou spirituel. Il y a quelque chose de plus grand que nos émotions, que nos préférences et nos rejets. Quiconque est engagé dans une pratique religieuse ou un travail spirituel le sait. […] Nous sommes nécessaires au Tout, et l’Illimité nous est nécessaire.

Notre connexion à l’Illimité nous vient de notre nature divine, notre Âme Dieu, notre Colombe Sacrée, notre Neshamah. A la fois, elle fait partie de nous, et elle est ce à quoi nous aspirons. Elle est à la fois le siège du « je suis » et la graine du macrocosme. Énergétiquement, le globe de notre Âme Dieu flotte juste au-dessus de notre tête, embrassant nos autres corps énergétiques. C’est là où se trouve le chakra sahasrara, et kether dans l’arbre de vie kabbalistique. C’est également là où siège le Chaudron de Sagesse de certaines écoles celtiques.

Certaines traditions sorcières parlent de « faire descendre » la divinité dans le prêtre ou la prêtresse, afin de manifester les forces sur terre pour le bien de tous ceux présents dans le rite. Le Christianisme évoque la même chose dans les récits de la Pentecôte. Dans les Actes des Apôtres, le peuple croit que les disciples de Jésus sont des Dieux marchant sur la terre. Je suppose pour ma part que c’est parce que leur nature divine s’est complètement incarnée. Ces histoires me sont familières depuis mon enfance, mais c’est uniquement à travers mes expériences vécues en magie, dans le paganisme et dans l’Art que j’ai acquis une compréhension plus grande de ce que cela impliquait. Nous pouvons nous réveiller. Nous pouvons intégrer. Nous pouvons devenir pleinement divins, en notre humanité. Les affirmations « tu es Déesse, tu es Dieu » ne sont pas que des façons de dire que nous sommes sacrés ; elle signifient que le Divin est à notre portée. La métaphore peut devenir réalité. Nous pouvons aller au-delà de nos personnalités et incarner la Divinité.

Ceci arrive constamment, à travers tous nos travaux visant à l’intégration. Toute notre pratique assise, de purification, nos travaux énergétiques, tous nos efforts approfondissent et renforcent notre cheminement vers la nature divine qui nous relie tous au-delà de nos particularités. Nous devenons à la fois centre et circonférence, Nuit et Hadit, yesh et ayin, le point et l’illimité. Une fois que le chemin est dégagé, une descente et une possession permanente se dessinent.[…]

Desiree Dolron, Gnawa Lila

L’exercice

Asseyez-vous dans une position confortable, en veillant à ce que vos genoux soient plus bas que vos hanches [ndlt : pensez à vous surélever si besoin, soit sur une chaise, soit sur un coussin de méditation par exemple]. Calmez votre respiration et rejoignez l’espace de silence en votre centre. A l’expire, envoyez votre souffle vers ce centre. Continuez à vous centrer, de plus en plus profondément, tandis que les champs d’énergies présents autour de vous deviennent de plus en plus lumineux. Votre corps éthérique irradie et votre aura brille tout autour. Au-dessus siège le globe de divinité, le pont vers les dimensions célestes, vers l’Illimité formé par le Tout.

Ancrez-vous dans le point de silence, centre où circule toute l’énergie de votre corps physique. Envoyez une corde d’énergie à partir de ce silence, vers le haut ; sentez-la évoluer à travers votre crâne, votre couronne, pour ouvrir plus largement cet espace à ce qui est au-dessus. Laissez votre conscience monter dans ce globe juste au-dessus de votre tête. Gardez la perception de l’énergie émanant de votre centre de silence, fil de plomb tendant à la fois vers le haut et vers le bas, tel l’arbre de vie. Ancrez ceci dans la terre et puis remontez. Imaginez la corde tirer vers vous le globe de votre Âme Dieu. Faites descendre la sphère de Kether. Faites descendre le chakra Sahasrara. Imaginez l’énergie descendre en même temps que vous faites descendre votre propre nature divine, votre connexion à l’ illimité. Sentez vos corps énergétiques « s’enflammer » quand votre globe traverse votre couronne jusqu’à que ce votre tête soit entourée de cette lumière divine, de la base de votre crâne jusqu’au-dessus de votre tête.

Une fois parvenu à cette sensation, toujours conscient d’être entouré par votre aura, commencez à entonner le mantra [ndlt : Thorn parle de « syllabes »] « je suis ». Prononcez-le le temps d’une respiration, en sentant les mots résonner dans vos corps énergétiques, les vivifiant et renforçant la connexion entre eux. Dites-le trois fois. Et restez assis une vingtaine de minutes, ou aussi longtemps que vous sentirez la « charge » durer. Une fois que vous sentirez le pouvoir commencer à se dissiper, laissez remonter le globe de l’Âme Dieu, jusqu’à ce qu’il flotte au-dessus de votre tête à nouveau. Envoyez du souffle vers cet espace, en gardant vos âmes alignées. Sentez l’énergie pleuvoir depuis le globe, bénédiction vers la terre.

Remerciez toutes les parties de vous-même, la ou les déités dont vous vous sentez le plus proche, et Dieu Elle-Même, qui est toujours avec nous.

Faire résonner « je suis » est le constat et l’affirmation d’une réalité. Nous n’en percevons que des visions fugitives, puis l’âme descend, nous ouvrons le chemin vers notre Âme Dieu, et lorsque la connexion se réalise, nous commençons à arpenter les voies de la connaissance telles qu’elles se dessinent dans chaque feuille d’arbre et dans chaque étoile se consumant au-dessus de nous.