Tara Sanchez – Un bannissement avec Hekate

Traduction et très large adaptation personnelles d’un rituel proposé par Tara Sanchez dans son livre « The Temple of Hekate »

De nombreux rituels de bannissement connus trouvent leurs racines dans les traditions cérémonielles, comme la Golden Dawn ; ces rituels comptent parmi les techniques de « haute magie » qui ont franchi les frontières de genre, et sont désormais pratiquées dans d’autres courants contemporains, certainement en raison de leur simplicité et de leur efficacité. L’idée de bannir les esprits mal intentionnés n’est toutefois pas récente, puisque de tels sorts et rituels existent dès l’Antiquité, et dans un très large spectre de cultures ; la peur face à de tels esprits semble avoir été pandémique.

Dans un enseignement formel, c’est souvent une des premières pratiques qu’un néophyte doit maîtriser ; on la réalisera fréquemment deux à trois fois par jour pendant plusieurs mois, et à raison : si l’on n’est pas capable de mettre de l’ordre dans son propre bazar, mieux vaut ne pas risquer d’en créer un nouveau.

Réaliser un tel bannissement avant et après un rituel peut aider se débarrasser d’énergies négatives et d’entités qui n’ont pas été sollicitées ; une pratique régulière équilibrera corps et esprit ; après tout, toutes les énergies négatives ne viennent pas de l’extérieur.

Le rituel suivant prend seulement quelques minutes, et une fois maîtrisé sur le plan matériel, se voudra tout aussi efficace dans l’astral ; on pourra l’utiliser pour nettoyer l’espace astral autour de soi, en cas de rencontre avec une entité qu’on souhaite tenir à distance; avant de continuer à progresser dans son voyage astral, en travaillant dans son temple astral ou en revenant vers sa forme physique.

1/ Faire face à l’Est et lever les bras en geste de louange. Dire : « Salut à toi Hekate, toi qui règne au Carrefour des Mondes. Je t’invoque, de nuit comme de jour, dans la lumière comme dans l’ombre ; car je suis ta prêtresse et j’ai au creux de mes mains les Yeux du Ciel ; car je suis la porteuse de ta Flamme Immortelle, et mon cœur est encerclé par Tes serpents. »

2/ Faire un pas vers l’Est. Glisser ses pouces dans ses poings tout en frappant une fois le sol du pied. Dire : « Au nom de Hekate, qui règne au Carrefour des Mondes ; Que tout indésirable quitte ce lieu consacré s’il ne souhaite être consumé par les yeux du Ciel ; qu’il parte, s’il ne veut être banni pour une durée de neuf jours dans les profondeurs des Enfers. »

3/ Relâcher ses pouces et faire le tour du cercle jusqu’au Sud. Répéter l’étape 2/ vers le Sud.

4/ Procéder de même à l’Ouest du cercle, puis au Nord.

5/ Revenir à l’Est, s’agenouiller et frapper le sol trois fois du plat de la main. Dire : « Gouffre du Tartare, entrouvre-toi, Au nom de Hekate, ta reine infernale ; Yeux de la Terre, empare-toi des esprits indésirables en perdition, et soumets-les à ma Volonté ; qu’ils obéissent à mes souhaits et à mes ordres ; qu’ils quittent ce lieu consacré et cessent de m’importuner. »

Note : dans le rituel original, Tara Sanchez fait appel à Hélios en plus de Hekate. C’est donc un choix personnel de ma part de n’avoir conservé que la Déesse aux Torches dans ma traduction.

Hekate Trioditis

 Source
Traduction et adaptation personnelles.

Aujourd’hui, d’après le Calendrier Attique, est le jour de Hekátês Deipnon, du Souper d’Hekate ; de Celle qui est Despoina Trioditis, la Dame des Trois Voies, des carrefours ; et en ce jour, je réfléchis tout particulièrement à son rôle dans la thrêskeía Pythagóreia, une codification de l’hellénisme.

Peut-être Sa qualité essentielle réside dans Sa description comme Trioditis ou Trimorphis, mots qui signifient respectivement « des trois voies » et »à triple forme ». Il est assez peu surprenant, de ce fait, que dans une expression exotérique de l’hellénisme, Hekate (en latin, « Trivia », des Trois Voies) soit perçue comme la Déesse qui veille aux carrefours, et soit honorée en ces lieux. Néanmoins, d’un point de vue ésotérique, la Dame des Carrefours n’est pas réduite au patronage des intersections de chemins de campagne ; elle est la patronne des Carrefours Cosmiques – c’est-à-dire qu’Elle personnifie l’intersection entre les trois domaines de l’existence : le domaine céleste, le domaine sublunaire, et le domaine chthonien. Ainsi, on dit que Hekate gouverne les Cieux (domaine céleste), la Terre (domaine chthonien), et la Mer (domaine sublunaire) ; en ce sens, Hekate peut être perçue comme un carrefour métaphysique, une autoroute reliant les trois domaines, et de ce fait, une alliée extraordinaire pour tous ceux qui aspirent à l’Union Divine.

Hekate incarne également les paradoxes sur lesquels un tel aspirant doit travailler pour réaliser son union avec le Divin. Dans un hymne orphique, il est dit qu’une de ses faces « favorise le bouvier »,  ce qui est une métaphore désignant l’aspirant qui travaille avec le Taureau du Savoir, qui, tel Zeus emportant Europe au-delà de la Mer Égée, porte l’aspirant vers l’Henosis, l’union avec la Source du Divin ; un autre de Ses visages est dit capable « d’éveiller les passions bestiales » (Hymne à Athéna de Proclus), ce qui doit être vaincu par la hache d’Athéna. Malgré cela, Elle est aussi « la Mère des Dieux… Hekate la protectrice, à la grande force » (Hymne à la Mère des Dieux et à Ianus-Zeus de Proclus). Dans la religion démotique, Hekate préside à l’obscurité et aux pratiques occultes profanes ; Elle est une déesse tutélaire de la sorcellerie et de la goétie. Pourtant, simultanément, Elle est invoquée par ceux qui craignent le mauvais oeil des sorciers, et les représentations d’Hekate sont placées aux entrées des maisons afin d’empêcher toute malédiction d’y entrer.

Ainsi, Hekate trouve sa place dans les trois domaines de l’existence ; Elle siège comme Mère des Dieux, la Grande Mère Apeiria, Psyché, épousant le divin Logos d’Eros-Zeus, permettant aux idées de s’incarner. Mais Elle est aussi la chthonienne, l’Autre du monde sauvage, Artémis la Vierge. En creusant un peu, on la découvre procréatrice, dans l’ici bas, des nombreux chemins issus de l’Un. Voilà pourquoi Hekate est si étroitement liée à la Voie de « l’Ascension » ; dans son aspect le plus « bas », Elle est un Daimon inconstant et  imprévisible, tandis que dans son aspect le plus « élevé », Elle en est l’exact contraire. La Dame des Carrefours incarne les Carrefours – Elle est l’Ascension, et Ses visages sont des barreaux de l’échelle qui mène vers Elle, et sont des modèles, des guides divins, pour celui qui aspire à s’élever vers le Divin.

Le Souper d’Hekate marque la fin de chaque mois lunaire dans le Calendrier Attique ; on l’appelle aussi  Henê-kai-Néa, l’Ancien et le Nouveau ; il est un carrefour temporel. Un tel moment est propice à célébrer Despoina Trioditis ; nous laissons derrière nous ce qui doit être quitté, et nous avançons vers un nouveau territoire. Avec le lever de Séléné et l’aube nouvelle, puissions nous percevoir le reflet de la Déesse des Trois Voies sur la route vers le Divin qu’Elle nous révèle.

Octavio Paz – Olin

Tiré du recueil « Liberté sur parole », paru chez Poésie/Gallimard, édition de 1971, p.177.

Hécate, par Genevieve Amelia

[…] vie et mort
pactisent en toi, dame de la nuit,
tour de clarté, reine de l’aube,
vierge lunaire, mère de l’eau-mère,
corps du monde, maison de la mort,
je tombe sans fin depuis ma naissance,
je tombe en moi-même sans toucher mon fond,
recueille-moi dans tes yeux, rassemble la poussière
dispersée et réconcilie mes cendres,
rattache mes os séparés, souffle
sur mon être, enterre-moi dans ta terre,
que ton silence donne la paix à la pensée
contre elle-même dressée […]

L’Hysope

L’hysope est une plante d’origine méditerranéenne que j’ai découverte assez récemment [article initialement publié le 8 mai 2014], trois ou quatre ans tout au plus. C’est lors de courses dans un supermarché bio de ma ville que je l’ai repéré pour la première fois. Son nom m’a interpellé, certainement parce que je l’avais déjà croisé dans un de mes livres d’herboristerie, d’histoire des religions ou de magie verte. J’ai cédé à l’envie d’en acheter sans vraiment savoir ce que j’allais en faire, et grand bien m’en a pris puisqu’elle est depuis devenue une de mes simples préférées.

Mes premières recherches m’ont amené vers la Bible, dans laquelle l’hysope est citée à plusieurs reprises, avant tout comme un symbole de pureté et d’humilité ; on y fait notamment mention de l’utilisation de ses branches pour l’aspersion d’eau de purification ; le psaume 51, quant à lui, dit : « Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige. »

Qu’importe s’il s’agit réellement ou non d’hysope (comme cela est contesté par différents auteurs, et remarquablement dans cet article du blog Books of Dante) ; mon expérience personnelle m’incite à la considérer comme une plante très puissante en matière de purification.

Commençons par faire le tour de ce que j’ai pu trouver à son sujet dans ma bibliothèque. Chez Vincent Lauvergne tout d’abord, l’hysope purifie les centres énergétiques. Elle est une plante de protection contre les maléfices et les mauvaises influences, que l’auteur recommande de porter sur soi dans un sachet de toile blanche pour purifier l’aura et protéger des influences négatives. Les éléments associés sont le Feu, l’Air et l’Eau ; les planètes, quant à elles, sont le Soleil et Jupiter ; enfin, les signes astrologiques correspondants sont le Bélier, la Balance et le Sagittaire. Voilà donc pour le «Manuel pratique de Magie Verte ».

Dans « l’Encyclopedia of Magical Herbs » de Scott Cunningham, le genre de l’hysope est masculin, la planète et l’élément qui y sont associés sont Jupiter et le Feu. C’est selon l’auteur la plante la plus utilisée pour la purification en magie. Cunningham propose de l’utiliser dans des bains, ou infusée puis aspergée sur des objets ou des personnes, ou encore accrochée dans la maison pour en chasser toute négativité.

A titre personnel, je l’utilise avant tout en infusion à froid (c’est-à-dire que je disperse quelques pincées de plante sèche dans un récipient d’eau froide) pour la purification :

  • J’y dépose mes pierres le temps d’une heure ou d’une nuit
  • J’y nettoie mes outils magiques
  • J’y trempe mes doigts ou un brin de branches de bouleau pour ensuite asperger la pièce que je souhaite purifier
  • Si je sens qu’une pièce est particulièrement chargée, je dispose le récipient au centre de la pièce pendant quelques heures ; une fois que je sens l’atmosphère plus légère, je rends l’eau à la terre (ou aux toilettes, on fait comme on peut 😉 )
  • Je me purifie, soit en utilisant l’eau en onction avec une formule consacrée, soit en trempant un temps mes mains dedans et en « faisant couler » le long de mes bras ce qui me pèse

Lors de certains travaux magiques particuliers, plus longs ou plus exigeants, il m’arrive de prendre un bain dans lequel je fais infuser au préalable un sachet empli d’hysope. Je complète souvent avec une tisane de la même plante, qui, une fois absorbée, conforte la sensation de pureté rituelle.

Pourquoi privilégier l’hysope plutôt qu’une autre méthode de purification ? Tout dépend justement de votre intention. J’ai pu constater que ces préalables rituels en compagnie de l’hysope, en plus de me purifier en profondeur, me rendaient particulièrement réceptive à des énergies ou des entités très « high vibes », plutôt célestes ou stellaires, et stimulaient mes capacités divinatoires et théurgiques. Je ne saurai expliquer exactement, mais j’ai généralement la sensation, après m’être bien imprégnée de l’essence de la plante dans mon bain et en buvant mon infusion, d’être entourée d’une bulle bleutée ou violette, je sens mes centres d’énergie du haut du corps particulièrement vibrants et réceptifs. Mes méditations comme mes rites et mes prières sont alors particulièrement profonds. C’est une herbe que je conseillerais par exemple à qui veut entamer un travail avec des divinités comme, la Déesse Étoile, Nuit,  Isis, Hekate sous son aspect Soteira, Inanna… Couplée à certains minéraux comme le lapis-lazuli ou encore l’améthyste, elle est vraiment une alliée de choix pour la connexion aux sphères les plus élevées de l’être comme du divin.

Plus généralement, l’hysope ne peut que faire du bien à qui se sent encombré d’énergies négatives, de peaux mortes spirituelles ; elle éclaircit l’esprit et chasse les doutes comme les idées noires, apportant paix, concentration et sagesse. A noter que dans le domaine de la phytothérapie, on l’utilise en infusion pour soigner les voies respiratoires et la sphère ORL ; elle a aussi des vertus dépuratives, qualités qui rejoignent grandement sa capacité à chasser les miasmes spirituels. Dans le cadre d’un travail de guérison, je recommanderais d’en ajouter une pincée dans un encens destiné par exemple à purifier la chambre du malade.

Marian Green – La Déesse paradoxale

Tiré de « A Witch Alone »
Traduction et adaptation personnelles.

 

Dame de la Triple Lumière mouvante,
Dont la forme est Terre, de nuit comme de jour,
Sur toi glisse l’éternel Océan,
Déesse silencieuse mais en mouvement perpétuel.

Lune, Moi-Sœur et Triple aspect de la Triple,
Vierge, Créatrice et Vieille,

Toi qui es Terre, et Lune, et Mer,
Mère de Tout, c’est Toi qui m’a forgée

De tes os sombres, de verdure et de chair,
Des eaux cristallines et du souffle tranquille du vent,
Tout vint de Toi, et est à présent moi
L’Esprit Éternel orné de ma fragilité.

Mais l’Infini réside au-delà de l’enveloppe
Une Lumière tombée d’une Étoile-Graine.

Déesse de Vie, d’Amour, de Paradoxe,
Gardienne des Clés qui ouvrent toutes les portes,
Déesse des Mystères, de la Terre et des Cieux,
Je T’en prie réponds-moi. Qui suis-je ?

Soror Nema – Le rite de la Coupe Lunaire

Tiré de « Maat Magick »
Traduction et adaptation personnelles.

Cosmic Isis, de Judith Page

Certains de mes amis se sont plaints de leurs difficultés dans leur exploration et leur maîtrise du niveau 9 [Yesod dans l’arbre de vie, ndt] et des plans astraux. Lorsque j’ai débuté dans ma pratique de la Magick, j’ai eu l’inspiration de réaliser un rite qui a ouvert en grand ma porte personnelle sur le domaine astral. […]

Le rite de la Coupe Lunaire

Matériel : baguette, calice, épée [ou athamé, ndt], pantacle, encens, plume, bouteille d’eau de source, des contenants pour des petites quantités de lait, de riz blanc et de sel.

Ce rituel est à réaliser à la lumière de la pleine lune, de préférence en extérieur. Adaptez ce qui vous est proposez selon votre propre situation.

Commencez par bannir [ou purifier l’espace selon votre méthode habituelle, ndt]. Allumez l’encens et en le tenant, tournez autour du cercle dans le sens des aiguilles d’une montre. Placez ensuite l’encens au sol. Faites face à la lune, levez les bras de sorte qu’ils forment une coupe, comme les cornes d’un croissant de lune. Faites résonner votre voix en disant :

Dame Nuit, Salut à Toi !
Dans ton corps brûle la flamme froide et pure de la Lune,
Qui constamment transforme
Ton Cœur, Ton Œil, Ta Matrice.

Dame Isis, Salut à Toi !
Le croissant cornu de Ta Couronne
Gouverne les flux du Temps et de la Nuit.
Puisses-tu m’ouvrir ton domaine
A travers le portail de Ta Lumière Argentée.

Triple Déesse, Salut à Toi !
Croissante, tu es la Vierge,
Et la Mère assise sur Son Trône
Lorsque Tu es pleine ;
Tu es la Porte qui mène à nos rêves
Quand Ta rondeur s’amenuise
Et emprunte l’Obscur Chemin de la Vieille.

Prenez votre lame et tracez dans la terre deux croissants se faisant face, ainsi qu’un cercle entre les deux. Plantez également la plume dans la terre, au-dessus du symbole de la pleine lune. Versez l’eau dans le calice, offrez-la à la lune au-dessus de vous, puis aspergez chaque symbole de quelques gouttes, en disant :

Sur le croissant de gauche : Khonsu ! Seigneur de la Lune ! Salut à Toi !
Sur la pleine Lune : Sin ! Seigneur de la Lune ! Salut à Toi !
Sur le croissant de droite : Chandra ! Seigneur de la Lune ! Salut à Toi !

Reposez le calice, puis prenez une poignée de riz blanc, et déversez-la doucement sur le croissant de gauche en disant :

Diane, Vierge Chasseresse des bois, je T’offre ce grain du blanc le plus pur afin de te soutenir dans ta course.

Versez quelques gouttes de lait sur le symbole de la pleine lune, en disant :

Hathor, Mère-Vache et Dame du Sycomore, je T’offre ce lait du blanc le plus pur, en l’honneur de l’abondance que Tu nous octroies.

Saupoudrez le croissant droit d’une bonne pincée de sel, en disant :

Hécate, Reine des Sorcières et Gardienne de la Tombe, je T’offre ce sel du blanc le plus pur, trésor du Monde Souterrain.

Passez l’encens au-dessus de chaque symbole, en dirigeant la fumée sur chacun à l’aide de la plume. Prenez le calice, tournez-vous dos à la Lune. Contemplez son reflet dans l’eau, ouvrez votre âme, et lorsque l’image de la Lune aura bien infusé l’eau de son essence, fermez les yeux et buvez.

Faites une pause, aussi longtemps que nécessaire pour expérimenter pleinement la circulation de la lumière de la lune dans vos veines. Reposez le calice au sol, tournez-vous pour faire face à la lune, regardez-la intensément. Elevez vos bras dans la posture du croissant, et dites :

LUTIS NITRA.  

[mot de pouvoir propre à la Maat Magick, ndt.]
D’après le glossaire proposé dans le livre, sa signification est suggérée par sa valeur numérique :
LTS NTR = 348.
348 + 56 = 404 – Loi, édit
418 (le Grand Oeuvre) – 348  = 70 – Silence, nuit
348/2 = 174 – Les torches
348/4 = 87 – Le blanc, la sphère lunaire
348/6 = 58 – Amour, douceur, grâce
348/12 = 29 – Se renverser]

Lorsque le moment vous semblera opportun, versez les restes de riz, de lait et de sel sur le sol près des symboles. Tapez vos mains en rythme, et dispersez les symboles et les offrandes d’une danse. Bannissez [ou renvoyez, ndt], fermez et rassemblez vos affaires pour le départ.

Orryelle Defenestrate-Bascule – Liber Qoph Vel Hecate

Prière quotidienne à la Lune.
Traduction et adaptation personnelles. 

Salut à Toi Luna, alors que Tu T’élèves, Ixchel
Kia, pâle dame,
Reine des rêves, Jette Ton sort
Au triple voile
Ar-iadne, Ar-ianhrod, Ar-achné, Moires,

Salut à Toi Hécate
Aux trois visages,
Brillant au loin,
Araignée du Destin
Au centre de Ta toile aux étoiles d’argent.

LUNE CROISSANTE :

Salut à Toi, Diane, Chasseresse,
Qui bandes ton arc d’argent,
Salut à Vous, Artémis et Io,
Oh Cornue, lueur grandissante,
Numineuse vierge au croissant dévoilé

Salut à Toi, Clotho, qui file le fil de l’existence
Issu de la nuit de Nyx
Qui transforme les fibres premières de la Destinée
De Tes mains agiles
Qui torsade en un seul brin l’Obscur et le Lumineux

PLEINE LUNE :

Salut à Toi, Mère Lune,
Pleine et féconde, ronde et brillante,
Isis, nous Te faisons descendre depuis la voûte nocturne,
Avec Ta matrice-chaudron d’un blanc iridescent

Salut à Toi, Lachesis, Tisseuse, construis Ta toile
Tisse les lignes qui s’étendent
Entre les temps de croissance et décroissance
Et les vagues de flux et reflux
Les arachnéennes Cordes d’argent
Du rêve se rejoignent
Dans Ta matrice mêlée de matière et d’éther
Mère Rêve, donne Naissance
Alors que Ta lumière s’étend jusqu’à la Terre

LUNE DECROISSANTE :

Salut à Toi, Grand-Mère Araignée,
Vieille et Corbeau,
Femme Sage, ancienne, prophétesse,
Aide-nous à faire face et à détruire
Notre peur
Salut à Toi, Hécate des Carrefours,
Oh présence lumineuse, ancienne et inquiétante,
Ton croissant numineux décroît, poursuivant sa route

Salut à Toi, Atropos, qui coupe
Munie de ta faux d’argent décroissante
Tu tranches

Le fil de la Vie.

LUNE NOIRE :

Il y a une quatrième face, bien qu’on ne la distingue pas
Il y a une quatrième voie, que peu connaissent
Un quatrième Destin, qui patiente
Dans l’ombre

Salut à Toi, Kali, Noirceur,
Dont s’écoulent les kalas du Temps
Trois Nornes convergent,
Passé, présent, futur mêlés,
Sur le sentier du Sang au-delà de la Roue
Nous nous engouffrons et dirigeons nos visions
Vers Caer Arianrhod, Château dans le Ciel

Salut à Toi Néant, Zéro, Nuit, Maat
A toi est l’Art sombre et secret

Lorsque la faux de l’Ancienne tranche le souffle et que dans la mort
Le Fil de la Vie semble se défaire
Du Rien Tu fabriques un nouveau masque
Et le remets à sa place
Sur le fuseau de Clotho.

Ce travail est une prière lunaire quotidienne, adoration ou salutation complémentaire au ‘Liber Resh vel Helios.’, l’adoration solaire d’Aleister Crowley. A l’inverse du Liber Resh, il est plutôt lié aux cycles mensuels qu’aux cycles journaliers ; c’est pourquoi il est destiné à être utilisé une seule fois quotidiennement, la nuit, de préférence au moment où la lune se lève. La première partie est pour chaque soir, les autres sont à alterner en fonction de la phase lunaire. L’usage de ce Liber aide à s’accorder aux cycles naturels de la course lunaire.

Contrairement au Liber Resh, qui, à côté de son titre gréco-hébreux évoque seulement des déités égyptiennes, le Liber Qoph puise à une variété de panthéons mythologiques et culturels pour représenter différents aspects de la déesse lunaire – grec, égyptien, maya, inca, celtique, nordique.  Il s’agit en priorité d’une prière aux Moires, introduisant également le quatrième visage invisible de cette Triple Déesse, et sa fonction en tant que quatrième Destinée cachée. Dans la tradition sabbatique, il existe une quatrième route sombre, secrète, partant du carrefour à trois voies traditionnellement habité par Hecate […]

[…] L’objectif de ce travail est d’équilibrer les énergies solaires du Liber Resh avec les énergies lunaires, en tant que métaphores complémentaires pour le conscient et l’inconscient. Resh est la lettre hébraïque qui correspond astrologiquement au Soleil et à l’arcane du Soleil dans le tarot, symbolisée par l’avant de la tête. Qoph est la lettre qui correspond astrologiquement à la Lune et à l’arcane de la Haute Prêtresse, symbolisée par l’arrière de la tête. De manière similaire, dans d’anciens textes tantriques, le chakra Ajna (« troisième oeil ») est considéré solaire, et le chakra Bindu, situé à l’arrière de la tête, est considéré lunaire. Physiologiquement, le Cerebrum, le conscient « rationnel » est à l’avant de la tête, et le Cerebellum, en lien avec l’inconscient, les rêves et les visions, est localisé à l’arrière de la tête. Le subconscient reflète le conscient de la même manière que la Lune reflète la lumière du Soleil – réalisant ainsi dans la tête humaine, de manière médicalement validée, la métaphore alchimique du Hieros Gamos, du mariage sacré.

Ces énergies solaires et lunaires peuvent être unies dans la glande pinéale au centre de la tête, la glande qui s’avère être physiologiquement responsable de notre sens naturel du temps en pistant la lumière du Soleil et de la Lune. Dans la guématrie hébraïque traditionnelle, la lettre Resh = 200 et la lettre Qoph = 100, qui est aussi le nombre de la déesse lunaire Hécate ! 200 + 100 = 300, la valeur de Shin, la lettre hébraïque du feu et de l’esprit. Ainsi la montée du feu de la Kundalini jusqu’à la tête et l’union des énergies solaires et lunaires d’Ida et Pingala au centre du cerveau permet au prana de s’élancer à travers le chakra couronne Sahasrara dans l’Union avec le Tout.

Ce Liber, destiné à être lu à haute voix quotidiennement, conduit des strates du subconscient jusqu’à l’attention du conscient, et nous connecte aux cycles aux rythmes des phases de la lune. Combiné avec la pratique quotidienne du Liber Resh, il peut aider à l’union des énergies solaires et lunaires au centre du cerveau. Ce travail est particulièrement pertinent dans notre monde moderne où la lumière électrique interfère avec les fonctions naturelles de la glande pinéale.

Il est recommandé, aussi souvent que possible, que le travail soit réalisé en extérieur, sous la lumière de la lune. Cependant, à l’inverse du Liber Resh, pour lequel il est nécessaire de faire face au soleil, le Liber Qoph vel Hecate doit être lu avec la Lune derrière vous, afin d’absorber ses énergies subtiles à travers le chakra Bindu, sur le Qoph ou l’arrière de la tête […]

Addendum :

Des mois après l’écriture de ce Liber, la pratique régulière des adorations commença à affecter mes rêves. Je me suis réveillé une pleine lune avec la réalisation qu’il ya quatre « Ar » lunaires évoquées dans le texte : ARiadne, ARianrhod, ARachné, ARtémis – de la même manière qu’il y a quatre formes du Ra solaire adoré quotidiennement dans le Liber Resh vel Helios. On peut présumer que les deux travaux complémentaires ont porté cette strate subconsciente jusqu’à mon attention consciente, comme la Lune Ar est éclairée par le Soleil Ra. »